Page:Dumas - Histoire d’un casse-noisette, 1844.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


À ces mots, les parents de Marie se mirent à rire, et le nez du conseiller de médecine s’allongea prodigieusement.

Pourquoi le nez du conseiller de médecine s’était-il allongé ainsi, et pourquoi le président et la présidente avaient-ils éclaté de rire ? C’est ce dont Marie, étonnée de l’effet que sa réponse avait produit, essaya vainement de se rendre compte.

Or, comme il n’y a pas d’effet sans cause, cet effet se rattachait sans doute à quelque cause mystérieuse et inconnue qui nous sera expliquée par la suite.


CHOSES MERVEILLEUSES.


Je ne sais, mes chers petits amis, si vous vous rappelez que je vous ai dit un mot de certaine grande armoire vitrée dans laquelle les enfants enfermaient leurs joujoux. Cette armoire se trouvait à droite en entrant dans le salon du président. Marie était encore au berceau, et Fritz marchait à peine seul quand le président