Page:Dumas - Histoire d’un casse-noisette, 1844.djvu/58

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


avait fait faire cette armoire par un ébéniste fort habile, qui l’orna de carreaux si brillants, que les joujoux paraissaient dix fois plus beaux, rangés sur les tablettes, que lorsqu’on les tenait dans les mains. Sur le rayon d’en haut, que ni Marie ni même Fritz ne pouvaient atteindre, on mettait les chefs-d’œuvre du parrain Drosselmayer. Immédiatement au-dessous était le rayon des livres d’images ; enfin, les deux derniers rayons étaient abandonnés à Fritz et à Marie, qui les remplissaient comme ils l’entendaient. Cependant il arrivait presque toujours, par une convention tacite, que Fritz s’emparait du rayon supérieur pour en faire le cantonnement de ses troupes, et que Marie se réservait le rayon d’en bas pour ses poupées, leurs ménages et leurs lits. C’est ce qui était encore arrivé le jour de la Noël ; Fritz rangea ses nouveaux venus sur la tablette supérieure, et Marie, après avoir relégué mademoiselle Rose dans un coin, avait donné sa chambre à coucher et son lit à mademoiselle Claire,