Page:Dumas - La Princesse Flora (1871).djvu/103

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



— Essaye toi-même et tu en jugeras. Passe une bonne fois entre les mains d’une femme du monde, et tu verras en combien de morceaux tu en sortiras. Au reste, cela réussit souvent aux imbéciles. Heureusement, sur ton front n’est pas écrit : Ici habite la raison. Le marin, dans le monde, est une rareté et même une nouveauté ; une jolie femme te prendra par curiosité, pour s’assurer que tu ne mords pas ; une autre, pour se vanter d’avoir eu à sa disposition un phoque qu’elle tenait en laisse avec un ruban rose, pour l’empêcher de sauter à l’eau. Ne perds pas de temps, Pravdine, je te prédis des victoires splendides, et qui ne te coûteront pas cher.

— Par malheur, mon cher capitaine, je déteste les victoires faciles.

— Eh ! mordieu ! prends les choses comme elles sont, et non comme elles te semblent de loin ; nous ne pouvons pas rebâtir le monde, acceptons-le donc comme il est fait, et, pour vrai dire, mon cher Pravdine, je déteste ces amoureux qui mouraient de langueur en regardant la fenêtre de leur bien-aimée. Dieu a créé le monde en six jours, et nous devrions