Page:Dumas - La Princesse Flora (1871).djvu/41

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

— d’où le spleen, – qui a donné son nom à la maladie. On a conclu de là que la rate était une superfluité, et que, sans rate, on pouvait vivre admirablement. Il est des gens qui affirment que, dans l’économie du corps, la rate, qui fait cependant défaut, est nécessaire à la séparation du fiel ; mais les meilleurs anatomistes ont reconnu, jusqu’à présent, que la rate n’avait d’autre mission que d’engendrer le spleen, et la regardant purement et simplement comme un ornement placé là pour la symétrie par la main du Créateur.

Les leçons de médecine étaient si bien gravées dans la mémoire du docteur, que, même en état d’ivresse, il pouvait dire autant de bêtises sur ce grave sujet qu’en état de lucidité d’esprit. Mais le lieutenant, qui achevait son souper, arrêta l’orateur, pour ainsi dire, au milieu de son vol scientifique.

— Écoute, cher docteur, lui dit-il, je suis horriblement fatigué d’écouter ton galimatias, et je crois que, toi et tous les savants de ton espèce, vous traitez de superfluités toutes les choses dont vous ne connaissez pas la véritable destination ; et, si