Page:Dumas - La Princesse Flora (1871).djvu/85

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

les faibles, qu’il trouva une certaine force dans sa honte, et qu’un sourire effleura ses lèvres au moment où, les larmes aux yeux, il eût voulu se fourrer dans un terrier de renard.

Le témoin, avec l’exactitude d’un diplomate, le plaça un peu de côté, en lui levant le bras de manière qu’il se garantît, autant que possible, la tête avec son pistolet ; mais, à mon avis, il était aussi bien garanti de mon feu derrière son pistolet que l’on est garanti de la pluie sous une herse. C’est une triste consolation pour l’homme qui se voit visé à six pas. Je levai deux fois mon pistolet et deux fois l’abaissai, en me donnant la cruelle satisfaction de sa terreur ; enfin, j’eus pitié de lui, ou, pour mieux dire, j’en étais arrivé à un tel mépris pour sa personne, que je jugeai que ce n’était pas pour de pareils misérables que Berthold Schwartz avait inventé la poudre, et Lepage confectionné les pistolets. Je levai une troisième fois mon arme, mais, cette fois, vers le ciel, et lâchai le coup en l’air. Mon adversaire fut prêt à bondir de joie et il eût saisi ma main si je ne l’eusse mise dans ma poche.