Page:Duplessis - Un monde inconnu, Tome 1, 1855.djvu/106

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
100
un monde

Le colonel, habitué au paysage qu’il avait devant les yeux, mit hardiment sur le tapis le sujet des voleurs, et l’Andalouse recommença aussitôt la série de ses insidieuses questions et ses exclamations d’une crainte très suspecte à mes yeux.

À deux milles de là, nous eûmes une représentation à laquelle nous étions bien loin de nous attendre et qui vint, très à propos, pour nous mettre tous d’accord sur la manière dont les voleurs attaquaient les diligences.

Cinq drôles, montés sur d’assez jolis chevaux, sortirent subitement de derrière un rocher qui formait un coude sur la route, et galoppant sur nous, la lance en arrêt, ordonnèrent au cocher, avec de terribles imprécations, de retenir ses chevaux.

Les sinuosités du terrain avaient, mal-