Page:Duplessis - Un monde inconnu, Tome 1, 1855.djvu/317

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
311
inconnu

serais dans de grandes inquiétudes au sujet de mes mille piastres. Figurez-vous, mon cher monsieur, qu’il s’est contenté de me montrer, sur une copie des conventions qui ont été stipulées et arrêtées pour la course de demain, ces deux mots : Entrada libre, en ajoutant que je ne devais plus avoir d’inquiétudes. Je n’y ai rien compris.

— Et vous me cherchiez ?

— La question est plaisante. J’allais chez vous pour vous inviter à venir voir, demain matin, courir Escondrillo. C’est bien le moins, si je perds mille piastres, qu’il me soit permis de procurer un passe-temps à un ami.

— Je vous remercie infiniment, et je ne manquerai pas de me trouver à votre aimable rendez-vous.

— J’y compte. La course aura lieu à sept