Page:Durkheim - Qui a voulu la guerre ?.djvu/38

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


s’était tenue jusqu’alors et de faire enfin une proposition ferme. On allait pouvoir s’assurer si la médiation dont elle parlait n’était qu’un mot, ou si, au contraire, derrière ce mot, elle entrevoyait une réalité concrète. Comme le disait M. J. Cambon, elle était mise au pied du mur[1].

Elle jugea, sans doute, la question embarrassante, car, le 30, elle n’y avait pas encore répondu ; et pourtant, on était à un moment où les heures et même les minutes avaient un prix inestimable[2]. Comme M. Cambon interrogeait M. de Jagow sur ce retard, celui-ci s’excusa en alléguant qu’il « avait voulu gagner du temps » : il avait décidé d’agir directement et « avait demandé à l’Autriche de dire sur quel terrain on pourrait causer avec elle[3] », Il se vantait même d’avoir insisté auprès d’elle pour qu’elle déclarât publiquement n’avoir pas d’autre objet, en ouvrant les hostilités, que de s’assurer les garanties nécessaires à son existence[4]. Mais quand même l’Autriche aurait consenti à faire cette déclaration, la marche des négociations n’en eût pas été facilitée, car le gouvernement austro-hongrois avait déjà bien des fois affirmé qu’il ne demandait que des garanties indispensables. Malheureusement, on ne savait toujours pas ce qu’il entendait par là. En somme, en adoptant cette manière de procéder, l’Allemagne esquivait, au lieu d’y répondre, la question gênante qui lui avait été posée : elle évitait de dire comment elle entendait cette action des Puissances qu’elle admettait en principe, mais qu’elle écartait, en fait, sous toutes ses modalités pratiques. On avait perdu du temps sans faire un pas en avant.

L’Allemagne avait cependant un moyen très simple de travailler à la paix : c’était de peser sur le cabinet de Vienne pour l’amener à ne réclamer que des garanties acceptables. La Russie se bornait à demander que l’Autriche respectât, outre l’intégrité territoriale de la Serbie, ses droits de souveraineté. Ce qui importait, en effet, c’est que la Serbie ne

  1. L. J., n° 81.
  2. L. J., n° 108.
  3. L. J., n° 109.
  4. Cor. B., n° 75.