Page:Durkheim - Qui a voulu la guerre ?.djvu/43

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


à une entente générale de neutralité entre l’Allemagne et l’Angleterre… et la promesse de la neutralité britannique dans le conflit lui permettrait d’entrevoir les moyens de réaliser son désir »[1].

Le fait que cette conversation avait lieu d’urgence, immédiatement après la conférence de Potsdam, prouve qu’elle avait été déterminée par les résolutions prises au cours de cette conférence et que la question dont le Chancelier entretenait son interlocuteur était regardée par lui comme exceptionnellement urgente. Or cette question supposait la guerre déclarée. C’est donc que des mesures venaient d’être prises à Potsdam qui rendaient la guerre imminente. Et en effet, le 30, vers une heure de l’après-midi, le Lokal Anzeiger faisait paraître une édition spéciale où se trouvait promulgué le décret ordonnant la mobilisation générale[2].

Cependant, une heure après, M. de Jagow téléphonait aux ambassadeurs pour démentir la nouvelle, et le gouvernement faisait saisir les exemplaires du journal qui l’avait publiée. Mais le Lokal Anzeiger, organe semi-officiel, n’eût pas préparé une édition spéciale pour annoncer une mesure aussi grave, si elle n’avait pas été réellement prise. Seulement, après coup, on avait décidé de la rapporter, mais en omettant de prévenir le journal. Ce revirement se traduisit d’ailleurs par une nouvelle démarche de M. de Pourtalès : dans cette même nuit du 29 au 30, il retourna chez M. Sazonoff et là, s’il insista de nouveau pour que la Russie arrêtât ses préparatifs militaires, ce fut sur un ton beaucoup moins catégorique et qui n’avait plus rien de comminatoire. Il se borna à demander à quelles conditions la Russie suspendrait sa mobilisation. L’ultimatum était retiré[3].

La conversation que M. de Bethmann-Hollweg avait eue, quelques heures auparavant, avec Sir E. Goschen fut, très vraisemblablement, pour beaucoup dans ce changement d’attitude. L’ambassadeur anglais, en effet, avait répondu avec

  1. Cor. B., n° 85.
  2. L. O., n° 61.
  3. L. J., n° 103.