Page:Emile Souvestre - Le Journaliste - Tome 1 - Charpentier 1839.djvu/136

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mière nation du monde pour acheter des tableaux!... Désormais je veux faire ma prière, les yeux tournés vers le Rhin, comme les vrais croyants vers la Mecque; je veux apprendre à fumer et à aimer la choucroute?... Mais où diable, Leblanc, as-tu déterré ce vertueux amateur?

— Mon Dieu, un hasard... je l'ai rencontré à l'Odéon; nous avons parlé art, je t'ai cité; il avait vu des toiles de toi chez les marchands, et il m'a demandé à te voir.

— Merci : c'est toi qui as ouvert ma porte à la bonne fortune; tu auras été mon Mercure! Je veux te peindre en gilet de flanelle, le caducée à la main, et les ailes rivées aux talons de tes bottes.

— Tu deviens fou...

— De joie, c'est possible ; quand on n'en a pas l'habitude!... A propos, tu restes avec moi!... Je ne veux pas que ce jour finisse