Page:Encyclopédie méthodique - Arts aratoires, T01.djvu/125

La bibliothèque libre.
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
GRE GRE 109


les travées sont à chaque côté de l’aire. On entasse les gerbes dans les travées, & on bat le bled dans l'aire.

La grange doit être bâtie sur un terrain plus élevé que la cour, & il est bon que la porte soit exposée au soleil levant.

GRAPIN ; c'est une sorte de croc qui sert à attacher & à retenir. On désigne aussi par ce mot les liens & les attaches que la nature a donnés à la vigne-vierge, au lierre, pour s'accrocher par-tout, & à quantité d'autres plantes semblables.

GRAS ; terme d'agriculture synonyme de fertile. On dit un pâturage gras, un terrain gras. Les terres fort grasses tiennent de l’argile.

GREFFE ; opération qui consiste à unir une plante ou partie d'une plante à une autre de la même famille pour faire corps avec elle.

On pratique différentes sortes de greffes dont nous ne pouvons donner une idée plus juste & plus précise qu'en rapportant textuellement le petit traité sur les greffes en usage, extrait de l'excellent Manuel du Jardinier, qu'on trouve chez Dufart, libraire à Paris.

Des Greffes ou Antes.

La greffe sert à multiplier & à conserver sans altération les individus des espèces précieuses, en faisant adopter par un sauvageon une branche ou les rudimens d'une branche d'arbre franc. Elle se fait en diverses manières & en diverses faisons, d'où elle a pris divers noms qui sont : 1°. Les greffes par approche ; 2°. en fente ; 3°. en écusson ; 4°. à œil dormant ; 5°. en écusson à la pousse ; 6°. entre l’écorce & le bois ; 7°. par juxta-position, ou en sifflet, flûte, tuyau, &c.

Cet art a deux secrets dont l’effet est pareil :
Tantôt, dans l'endroit même où le bouton vermeil
Déjà laisse échapper sa feuille prisonnière,
On fait avec l'acier une fente légère :
Là, d'un arbre fertile on insère un bouton,
De l'arbre qui l’adepte utile nourrisson.
Tantôt des coins aigus entr'ouvrent avec force
Un tronc dont aucun nœud ne hérisse l'écorce.
A ses branches succède un rameau plus heureux,
Bientôt ce tronc s'élève en arbre vigoureux ;
Et se couvrant des fruits d'une race étrangère,
Admire ces enfans dont il n'est pas le père.

Delille (Géorgiques.)


De la Greffe par approche.

C'est la réunion de deux troncs, ou de deux branches qui se joignent avec force ; il faut que les troncs des deux arbres soient assez voisins l'un de l'autre & se touchent en grossissant ; & comme la végétation sera égale en force, ils se contre-buttent mutuellement & s'identifient tellement dans l'endroit de leur plus forte réunion, qu'ils ne forment plus qu'un même arbre. La preuve est, que si l'on coupe dans le bas l'un des deux pieds, les parties supérieures végéteront & suivront le cours des saisons. La végétation des deux têtes ne sera pas aussi forte que si les deux pieds subsistoient, parce que les racines du tronc coupées ou supprimées ne porteront plus la sève à leur ancienne partie, & il faudra que celle du tronc qui subsiste, se divise dans les deux têtes, qui languiront pendant quelques années ; mais insensiblement l'équilibre se rétablira par la distribution égale de la sève.

La greffe par approche compliquée s'exécute souvent aussi naturellement que la première. On suppose que le tronc d'un arbre A ait été coupé ou cassé par un coup de vent ; que le tronc d'un arbre voisin, par position naturelle ou forcée, soit couché sur le premier & s'y appuie fortement, il est clair qu'à la moindre agitation du vent, le biseau de l'arbre coupé froissera & écorchera le tronc de l'arbre B à l'endroit de leur réunion La pression & l'agitation de celui-ci endommageront à son tour l’écorce qui couvre la partie du biseau de l'arbre coupé, & le bois restera à nu. Les écorces de ces deux arbres agiront de manière qu'insensiblement les deux arbres n'en feront plus qu'un ; & si l'on retranche le pied de l'un ou de l'autre, la végétation ne sera pas détruite. Cette expérience réussira mieux, si sur le tronc coupé C, on pratique une cavité proportionnée à la grosseur de l'arbre B, & dans laquelle on le fera entrer avec un peu de force, & si on assujettit les deux troncs d'arbres avec une corde, après avoir enlevé l’écorce de la partie qui doit être enchâssée dans l'autre. En général, les méthodes dépendent toujours des arbres voisins.

On pratique aussi la greffe par approche, en taillant le tronc A, en rabaissant le tronc de l'arbre B, en aiguisant celui-ci de deux côtés, & en faisant entrer cette partie aiguisée dans l’incision faite au tronc de l'arbre A ; on peut également supprimer le pied que l'on voudra.

Voulez-vous opérer sur des branches saines, grandes, avantageuses dans la formation des hayes ? Cette méthode consiste à donner à deux branches de grosseur autant égales que faire se peut,, la direction presque horizontale, & dans