Page:Encyclopédie méthodique - Atlas, T01.djvu/52

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
42
ANALYSE


c’eft le pied breton d’Antonin, lequel vaut i p. 0x6896, mefiire de Paris. Il y a, clans ce Marquisat, un mille qui, comme ceux d’Allemagne, contient 20000 pieds d’Olmutz ; ce mille eft de 16 f au degré. L’aune de Moravie eft les f de celle de Paris, laquelle eft de 4 pieds romains ; ainfi l’aune d’Olmutz eft de 140625 au degré ; il y a dans ce Marquifat, comme en Silène, un mille de 1 1 2.50 aunes, ou de 1500 ruhun ; c’eft pourquoi, en d vilant 140625 par 1 1250, le quotient 12 £ indique le nombre de fois que ce mille eft dans le degré ; ainfi on retrouve encore exa&ement, dans les menues de la Moravie, le mille de 16 f— & celui de 12 — au degré. Le mille rhinlandique eft de 2000 roeden ou roues, de 1 2 pieds du Rhin chacune ; ce mille contient donc 24000 de ces pieds. Le pied du Rhin vaut les •5^9 de la toife ; par conféquent les 24000 pieds produifent, pour ce mille, 3866 toiles —■, il y a 14 —| de ces milles, dans le degré moyen du méridien. Les navigateurs de ces parages, ont jugé commode de compofer leur mille de 4 minutes de latitude, ou de 1 5 au degré ; c’eft le mille commun d’Allemagne. Ce mille marin Hollandois & Flamand étant, comme le rhinlandique, de 24000 pieds, il y a 360000 de ces pieds dans un degré ; c’eft le pied grec, lequel eft à celui du Rhin à très-peu près, comme 121 eft à 1 23. De plus il y a, dans les Provinces-Unies, un mille de 1500 roeden, ou de 18000 pieds du Rhin ; ( Snellius Emftojlhencs Batavus.) ii le pied ANALYSE grec en étoit l’élément, ce nulle feroit de 10 a* degré ; mais il n’eft contenu que 19 fois & f dans le même efpace. Au Duché de Luxembourg, la lieue eft de 28 au degré, elle paroît être moitié du mille de la baffe-Autriche, lequel eft probablement de 14 tj au degré ; cette lieue peut valoir le tiers de huit milles romains. Article VI. §. I. Le Royaume de Prujfe, N.° 71 ; & celui de Pologne, avec le Duché de Lithuanie, N.° JZ. Les cartes général es, qu’on a employées d’abord pour fe diriger font, la Pologne, de Dahlberg, dans l’ouvrage de Puffendorf, de rébus gejlis Caroli Guftavi. Celle de Guillaume Delifle, 1703 ; la Pologne d’Homann, ad mentem Starowoljîn ; celle de Tobie Maver, 1750 ; la Pologne, fur la 3. e partie d’Europe de M. d’Anville ; celle de A. Rizzi Zannoni, en 25 feuilles, 1772. Polonia propria tanquam Phlonici provincia pritparia, 1772, chez les héritiers d’Homann. La carte générale & itinéraire de la Pologne, par Covens èc Mortier, 1781, On va faire précéder une table des pofitions, fur lefquelles ces deux cartes font appuyées ; enfuite coproduira quelques exemples des combinaifons qu’on a exécutées » NOMS DES LIEUX. Dantzig, Kamienteck, Kiow, ( Ukraine.)… Kcenigsberg, ( Pruffe.).. Krylow, ( Nouvelle Ruine.) Posxanie, , Riga, ( Livonie.)… Smolensko, ( Ruflie.).. "WARSOV3E, "NVlLNA, Diff. des Mérid. D. M. 10". D. M. Latitude, 16. 2-4 28 18 5°

  • 5

21 20 18 13 18’, « ’, 34’, 16’, 3o’, 01’, 16’, 36’, 39’, 09, 5448 5° H 48 rH P 54 22’, 56, 24, 43> 44 > 17, 56, Ï°j i4> 4i > Tî y a fur Kcenigsberg, Riga & Wilna, des obfervations aft onomiqncs de longitude. Dans l’intention de’es vérifier, on a forme un triangle entre ces villes ; en le traitant comme cc’rei oui a été conftruit entre Hambnrg, Bremen eV. le cap Dunen, on a trouvé la diftanec entre Konïgsberg & NV ilna, de 169", 4 ; celle entre Kw.igsb.-rg fié Riga, de i6j" 2 ; & celle de Riga Vilna, de i-y r’7. Connoiffant les latitudes de ces tiois points, le triangle a fait découvrir, ayrnt égard à Papplatiflement de la terre, la différence en longitn le entre V œnigsbcrg & Riga, de 2. 59’, 8, entre Riga & : V :.-, a, de 1.° 5 2/, 6, & roi fëqtiemment entre Kcenigsberg 6c Vilna, de 4. $i’, 4*