Page:Encyclopédie méthodique - Philosophie - T1, p2, C-COU.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


CEE t! ~o«<~ <tt!~< t’TYnÏM~ft ~M ~~ n ~~tt ~tw ~t< ~t /f ~< ïJ~&t<~ < vJ v a.n C beaux fi unies à l’Univers en générât 8f~u genre humain en parucutier étoietit conduits «  par des intelligencesbtcntaifantesj & amiesde l’homme. Mon delfein n’eif pas de parler ici de toutes tes divinités (ubattethcs que Ls peuples Celtesplaçoient danstes étémcns.Un (embtabte détail me méneroità l’infini. 11taudra(e eônten- ~< ter de parler desprincipaL:divinitésqu’ils(ubor- a’( dt.nnotent à t’Etre fuprême. Je ne toucherai /< même cette matièrequ’autantque la chofepour- /< M fervir à faire connoitre la parfaiteconformité qu’il y avoit à cet égard eut tous L$ peuples o ëcyihcSSe n&M. f û Après ie Dieu Suprêmej le grand objet de la génération dt~cet pmpt<.< c’etoit la terre. J’ai rr déjà eu occafion de !e prouver en partie On a /< vu par exemple, que ksfcythes ondoient un culte rdigieux à la terte~ que!est"fc<taeélf- broient djns !eurshymn<.s; que les p rfes lui emroientde<<acri~cet; queles anciens habitans /< de la Grcce h regardoient comme une divinité. En parlant de dieu J~~ & de l’idée que les peuplesCt&Ms’en ~ormoient j’ai prouvéencore qu on !e rcgardoit commele mari de la terre à Mquett~il s’étoit uni pour produire t’hommeJ & toutes les autres créatures. C’étoit la raifon pour taqutM~on ne téparoit guëres le culte d~ p) ces dtux divinités. Le Dieu fuprême n’étoit rf devenu le pere d~s hommesque par fon mariage q< avec la terr.. & la ttrie autHn étoit un <’btt d’adoration qu’autant que i*’ tre infinis’en étoit jfervipeut la production de l’homme. Ainn Ls Sc’thes adoro~nt Jupiter ~f ~’<<! c tit-à- dire, la terre qu’ils appelloient taiemmed~ Jupiter. 1es ThMees ~r voient ~ttj & Nf/M-f, p, jes phryg! ns AM {<cRhea tes italiensSaturne& <~< tts germains ~c~<t & fa femme ~rM t’ett-â-dire h tf rr<. Je ne crois pas qu’il toit r, née Saire aprèscela qut j~ nircdansun grand r< détai) ni pour prouvtr que la terre étotunt: des grandesdivinins dts peuplesC<Zf&f,ni pour rech rtb r tes fbndem ns du cuttf qu’i!slui ren- doient. ’On & l’autre de ces ardâtes me paroif- v fent anex édairc:s. Contentons nous de r<-pre- a! ~nter iJ 1 culte mène que ces peuplesren- doient à ta tctre &:tes fêtesqn’tt-!tui coofa- <roi<nt. Ett.s c~broient parfont avec tes mêmes c4 émo ics qui ont patt" in(en(tbtf- Btert de la Scy’Me dans les provinces M~ri- dionakss de i’Eu~opeoejufques dans l’Aue mi- acure. b Tacite partint de divers peuplesqui dem~u- <) t0 r ’<ansle ~ord d. la ermani~ n’y trouve tkn qui méfitc d’être remarqué fi ce~eR (.) (,’ R udif: Av!onc A’t!, Varini, Eu~oC’s, jSMatdvtttSt & Htmhuoe;t nuB.MtbtM a~t &tvb mu- n~’tntur nec quicquam notabi’e in (Ingutis <ninquod i) c~mn’.une,Heft)h)m,idefttertam matr.’nco- tunt, eamque t trven~t: rtbus honinum, invehi ponulis arhkran[u’. Il in int’uta cc.nnt ca~t;m <):- tU’ ~tica umqu- n) eo veto eu’un), ~(t- c~tetb.n), )’:ci’<);ere u t~neriot’ eu c~’tiurn. I’ a’~fte pfne- [’ait <ieam i’~ehigi! v etamqu tobus f~mtnis, nutta eum ve"ttatif)n ptoicouttu’. !-9Et<tune din, retta toca,q:)!)ecunquc aJvencu h"f ijquedign.tmr. ’~on betta ’npu’tc, n~:n Mma (ttn)tt)’t,’t.’ah)utn on!ne f~r!um pdx & quies tune tantum nota, tun~ ta:ttum ~nMra,don*c intn tacerJo tatianm convcr(:.tnc ntf~tahum J’ant t~rnpio tcdda[. Mu Vi.h’cu.i.nt ft vc<tc., ’<<fi cr~derey tis, numen i~ um tc~rcto )3.uu ah)uicur. S<eTV’nm)i~rant,quos"atimi:ctn!ni! tumrtt. A’atos htnc fernu t’a~R.jue ib-< ~"< - uid fit iliu i quud tantum perituri vident. T<t<«. G-fnt. M~o. (~ C!u"ier retend que c’cft !ne de E3.;en, da~ tafncrba’ti~ue G<f7~ <<«< f. }t. Ce e"d<f))tTa’ cite la p)ac.- da’s la mer u éa~e. Uya "tus ~appa. ter.c qu.. c’cft t’iH H ’~et.T’d f’))’ c <!tucca )tm- bottchu~edet’Etbt.iC~A’~tu’; A~~ti dttncur int .te ce côté )a & Arnk e! a :em<)’t e <<)& )< anti- <)uiféscmbr’tjues.cue tc’.ancie sG~fnais avoine cette ’< en ~r:)’ v<n6 .non. L~ mut de Ht’tH,;e- )att)t,<!(;thfiett:treta!i[c. ~Hy! m cren~ d?û!n veners"? !H~e pj’fr. R’ttonis fo’mas aprurutn ’e'*?’ t. ÏJ ar" !s ’im- nh)"’)~ef re~a.tecurun’ ~ac ’))r’mtetiatMH)te< hoftct ptiEt~t. T<!fH. G<:<M.e~ qu’ils <:<~W!<MM la </M~Nc/7~~ C’C- (<~r< ~’<m<M<t qu’elle tnte~f/c.~tdans les ttj~a~r~ des /m~ j qu’elleV<!V/~< les ~«.M . ~/y a </<< une <<M(!) ~/?Mde l’Ocean une CM/0’ft, dans laquelle on CO./f un chariot qui lui < Ce~" cré. <MVt;t ~’M/tA<t j & ~r/MM<n’<«  ~m.~o~ le M~A~ j que le factificateur de la <!M~. Ct:t-/a C~ft le tems où elle fe trouve dans /f//<« }M//M</?co/t/acy~&~<t<!Vfe~«tMCcap<&f<ï la f0~r< trainée par deuxfd~M. Onfait degrandes ~0<t.~t<t(M on-CtAw <fM dans tous les lieux ou elle j < /<m~-f<m~ ~M’<< y ~<WM. P<<!)tt MK.yo/<mn<tt, ils ne font pointla guerre & M<portent ~C~t /tf an~M ~W<font toutes tH/M- mées. Ce/«e/K<~t!t CKM~K ~M la f~ /< /~pM/OH~MH~M~&<M<J. ~p~M que la <~tj~e~<~ /<)f< d’être dans la tCMp~tM des M0~f<& le M~< ~tf~Mrt’M~ la ~M~t <<<!Mt yp/t terrple. En- /~M’~/< !’Cf &les habits &fi on V~tt les en ~o/r< j la <~<Mtf~e/le ~~< <? lavée adM un Lac /<<M </)t<MM~. On employea cela des f/t/ft~Mqui font d’abord Mùy/tdans tn~t Lac. Il M~tf<<tlà «/«/<<<~M/7’M & M.f/aMft /~t0 ance de ce que eut ~n~ une chofe ~t/ a’< f~<que par des hommes ~t périfent /M~dM~!f.« après. Le culte de la terre n’étoic pas particulier aux Le culte de h terre n’étoit pas particulier aux peuples que Tacite nomme t! ’ns cet cnutf’it. i! remarque un peu plus bas (;) .*M<les J~M, 1 qui font les Prutnens d’aujourd’hui, VMf/m<la