Page:Eugène Le Roy - Jacquou le Croquant.djvu/433

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


branches se consumer lentement et se convertir en braise que l’air extérieur avivait.

Puis la braise se couvrait de cendre blanche et peu à peu le feu s’éteignait. À un moment, une forte rafale fit voler les cendres du foyer et éteignit le chalel :

— Il ne nous faut pas rester là, dis-je à ma femme en l’embrassant dans l’ombre.