Page:Féval - Le Fils du diable - Tomes 1-2.djvu/115

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Les trois bâtards s’étaient levés, et avaient rabattu sur leurs yeux leurs larges chapeaux de voyage.

Maître Elias Kopp tremblait devant son comptoir.

On frappa une seconde fois.

Les groupes s’agitèrent autour des tables, et parmi le murmure soulevé, un mot se fit entendre :

— La police ! la police !…

Personne ne prononça une parole de plus ; mais dix ou douze étudiants s’élancèrent à la fois vers le Magasin de l’Honneur, et firent glisser sur sa tringle le rideau brun, qui mit à nu les longues épées de duel.