Page:Fabre - Chroniques, 1877.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le soir ; les conversations s’ajournent de jour en jour ; on reprend le lendemain le fil du dialogue interrompu la veille. Vous ne connaissez pas l’adresse d’un avocat, employé, médecin ou journaliste à qui vous avez affaire, et vous dédaignez de demander au Directory un vil renseignement : allez sur la Plateforme ; tôt ou tard il y viendra. Les avocats, dossier sous le bras, cravate blanche au vent, y font une courte et imposante apparition avant l’ouverture du tribunal ; les médecins y envoient les convalescents, guérison garantie, et les maris leurs femmes quand elles s’ennuient, guérison également garantie ; les employés y oublient l’heure du bureau ; enfin, les journalistes s’y félicitent de leurs articles, préparent en commun la polémique qui doit passionner leurs adhérents respectifs, s’entre aident fraternellement en se fournissant des armes les uns contre les autres. C’est aussi sur la Plateforme que les veuves de trente ans retrouvent des maris, non pas ceux qu’elles ont perdus, d’autres, de meilleurs !

Il est facile de distinguer l’habitué de la Plateforme du simple curieux et du passant. Règle générale : l’habitué, en arrivant, va droit devant lui jeter un coup d’œil sur le fleuve. Ce n’est qu’après avoir constaté que le pont est solide ou les flots agités, qu’il abaisse son regard sur les autres promeneurs et commence sa promenade de long en large.

La vue de la Plateforme est incomparable. Le spectacle est si beau, que je lui rendrai l’hommage discret de ne point le décrire, après tant d’autres qui n’ont point réussi à le bien peindre. Au matin d’un beau jour, on se croirait à Naples, avant la venue de Garibaldi. Qui que vous soyez, amant de la nature ou secrétaire d’une chambre de commerce, vous ne vous lasserez jamais de contempler ce vaste horizon, de respirer ce grand air ; non-seulement vous vous porterez mieux, à cause de l’exercice, mais encore vous sentirez la douce et puissante influence de la nature sur le cœur, sur l’esprit : vous sentirez vos idées s’agrandir, vos sentiments s’élargir, un rayon