Page:Fabre - Chroniques, 1877.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les côtes de Québec sont célèbres et redoutées des piétons. Dans cette ville à pic, on monte toujours et l’on arrive sûrement quand on a de bonnes jambes. Nous y avons vu, comme ici, des ascensions inattendues, tandis que des gens de mérite, très bien équippés pour la course, restaient en bas de la côte, enviant les mauvaises montures qui, bien menées, l’escaladaient en quelques traits.

Le grand événement de l’hiver, à Québec, c’est le pont de glace. Prendra-t-il ou ne prendra-t-il pas ? Telle est la question qui s’agite dans tous les esprits durant le mois de décembre. Chacun a sa théorie pour faire prendre la glace : celui qui n’en a pas est suspect d’indifférence à l’égard de la prospérité de la ville. Chaque soir, les gens se quittent en se promettant que le pont prendra dans la nuit. En se retrouvant le matin, ils ont une excuse toute prête pour le pont qui n’a pas pris. Lorsqu’enfin il prend, c’est un cri de joie à le faire repartir, s’il avait les nerfs sensibles. Tous les gens en état de patiner se précipitent dessus et ne le quittent plus.

Il y a deux ans, un simple armateur, propriétaire d’un vapeur armé pour fendre la glace comme l’onde, conçut l’audacieux projet de ravir à Québec son pont. Un matin, comme le pont se formait, il lança l’Artic à toute vapeur pour en briser la clef. À l’instant, la nouvelle de cet attentat se répandit par la ville, et une foule impétueuse accourut sur le rivage en redemandant à grands cris le pont qui s’en allait et en poursuivant l’armateur qui s’en allait encore plus vite. Celui-ci échappa à grande peine à un bain glacé. Heureusement pour lui que le pont survécut à l’attentat et reprit le lendemain. La glace n’en fut que plus solide et plus belle : l’outrage fut oublié.

La maison du Parlement a perdu ses bruyants locataires. Elle est à louer. À Ottawa, les députés ont passé la dernière session à regretter ce modeste logis, où ils s’entendaient parler.

Il y a quelque trente ans, quand la session avait lieu en