Page:Fabre - Souvenirs entomologiques, première série, 1916.djvu/174

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Il ne manque pas néanmoins de points par où l’Éphippigère pourrait être saisie et entraînée aussi facilement que par les antennes et les palpes. Il y a six pattes, il y a l’oviscapte, tous organes assez menus pour être happés en plein et servir de cordons de traction. Introduite la tête la première et tirée par les antennes, la proie, j’en conviens, se présente de la manière la plus commode pour la manœuvre de l’emmagasinement ; mais tirée par une patte, par une patte antérieure surtout, elle entrerait presque avec la même facilité, car l’orifice est large, et le couloir très court ou même nul. D’où vient donc que le Sphex n’a pas même essayé une seule fois de saisir l’un des six tarses ou la pointe de l’oviscapte, tandis qu’il a essayé l’impossible, l’absurde, en s’efforçant de happer, avec ses mandibules incomparablement trop courtes, l’énorme crâne de sa proie ? L’idée ne lui en serait-elle pas venue ? Tentons alors de l’éveiller en lui.

Je lui présente, sous les mandibules, soit une patte, soit l’extrémité du sabre abdominal. L’insecte obstinément refuse d’y mordre ; mes tentations répétées n’aboutissent à rien. Singulier chasseur qui reste embarrassé de son gibier, ne sachant le saisir par une patte alors qu’il ne peut le prendre par les cornes ! Peut-être ma présence prolongée et les événements insolites qui viennent de se passer, lui ont-ils troublé les facultés. Abandonnons alors le Sphex à lui-même, en présence de son Éphippigère et de son terrier ; laissons-lui le temps de se recueillir et d’imaginer, dans le calme de l’isolement, quelque moyen de se tirer d’affaires. Je le laisse donc, je continue ma course ; et deux heures après, je reviens au même lieu. Le Sphex n’y est plus, le terrier est toujours ouvert, et l’Éphippigère gît au point où je l’avais déposée. Conclusion : l’Hyménoptère n’a rien essayé ; il est parti, abandonnant tout, domicile et gibier, lorsque pour utiliser l’un et l’autre, il n’avait