Page:Fabre - Une nouvelle figure du monde. Les Théories d’Einstein.djvu/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


sagesse ne diminuent en rien l’enthousiasme que les théories d’Einstein et celles de Weyl, peuvent indépendamment de leur adéquation au réel, inspirer à qui y recherche un excitant intellectuel.



Enfin M. Sagnac, dont on a pu écrire, en faisant allusion à la phrase qui termine ce livre, qu’il était peut-être le nouveau Poincaré, le seul capable de nous donner une réponse définitive sur la valeur des théories einsteiniennes, a accepté de confier à ce petit ouvrage le sort d’une note originale dont l’extraordinaire importance n’échappera à personne.

Cette note :

— d’une part résume l’effet Sagnac sur la rotation dans l’éther (auquel nous avons fait allusion dans notre ouvrage) ;

— d’autre part institue une théorie générale des champs en translation par une extension de la pure mécanique des petits mouvements.

Nous sommes extrêmement heureux de pouvoir donner à nos lecteurs la primeur d’un travail qui nous paraît contenir en germe les plus belles découvertes.

L. F.