Page:Fabre d'Églantine - Rapport fait à la convention nationale, 1793.djvu/10

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


que puisque ces noms se répétoient, chacun trente-six fois par an, il falloit les priver d’image, qui locales pour leur essence, demeureroient sans rapport avec les trente-six stations de chacun de ces noms ; enfin, nous nous sommes apperçus que ce seroit un grand appui pour la mémoire, si nous venions à bout, en distinguant les noms des jours de la décade des nombres ordinaux, de conserver néanmoins la signification de ces nombres dans un mot composé, de sorte que nous pussions profiter tout-à-la-fois, dans le même mot, & des nombres, & d’un nom différent des nombres.

Ainsi, nous disons pour exprimer les 10 jours de la décade.

Primdi.
Duodi.
Tridi.
Quartidi.
Quintidi.
Sextidi.
Septidi.
Octidi.
Nonidi.
Décadi

De cette manière, la différence de primdi à duodi, exprime le passage du premier au second jour de la décade. Voilà le premier mouvement des jours : les nombres ordinaux, depuis 1 jusqu’à 30, expriment le troisième mouvement, le mouvement mensiaire ; la combinaison de ces nombres ordinaux avec les noms primdi, duodi, &c., expriment le second mouvement, le mouvement décadaire ; ainsi 11 du mois & primdi, présenteront l’idée du premier jour de la seconde décade, ainsi de suite.

L’avantage bien sensible que l’on va retirer de la conservation des nombres ordinaux, dans les composés primdi, duodi, tridi, &c., est que le quantième du mois sera