Page:Falconnet - Petits poèmes grecs, Desrez, 1838.djvu/676

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

NOTES SUR LES ISTHMIQUES.



ISTHMIQUE Ire.

1. Hérodote était fils d’Asopodore et originaire d’Orchomène. Quelques dissensions civiles l’obligèrent à quitter Thèbes et à se retirer à Orchomène ; mais peu après il revint à Thèbes, et il occupa un rang honorable parmi ses concitoyens.

2. Le scholiaste raconte que Pindare, ayant été engagé par les habitants de l’île de Cos à composer un hymne en l’honneur de la naissance d’Apollon à Délos, suspendit son travail pour célébrer la victoire remportée par son compatriote Hérodote.

3. De Géryon. Géryon, roi d’Érythie (que l’on croit avoir été en Espagne) était un géant à trois corps régis par une seule âme. Il nourrissait ses bœufs de chair humaine. Le poëte a mis le pluriel pour le singulier en parlant de son chien, car la fable ne fait mention que d’un seul chien de Géryon ; mais ce chien, nommé Orthrus, avait deux têtes.

4. L’Eurotas coulait à Lacédémone.

5. Le fils d’Iphiclès. C’était Iolas.

6. Le fils de Tyndare. C’est-à-dire Castor.

7. Oucheste, ville de Béotie, consacrée à Neptune ; elle était située sur le bord méridional du lac Céphise. Homère en parle au 2e chant de l’Iliade : "Et la divine Oucheste consacrée à Neptune."

8. Orchomène, autre ville de Béotie, célèbre par ses richesses ; elle était située sur le bord oriental du Céphise.

Oud’ os es Orchomenon potinessetai, oud’ osa Thêbas
Aiguptias othi pleista domois en ktêmata keitai
Oud’ ei moi tosa dolê. .
(Iliade, ch. 9-382.)

"Me donnât-il tout ce que le commerce apporte de richesses dans Orchomène ou dans Thèbes, la capitale de l’Égypte, dont les maisons sont remplies d’immenses trésors…"

9. Orchomène nommée par Homère la Minyenne, pour la distinguer des autres villes du même nom ou parce que ce fut dans cette Orchomène que le roi Minyas et ses descendants fixèrent leur résidence.

10. Éleusis, ville de l’Attique, entre Athènes et Mégare.

11. L’Eubée (aujourd’hui Nègrepont), grande île de la mer Égée, à l’ouest de la Béotie.

12. Protésilas, fils d’Iphiclès. Il périt au siège de Troie, et on lui éleva un tombeau à Phylacée en Arcadie, près la source de l’Alphée.

13. Horace a dit :

Nullus argenta color est avaris
Abditae terris, inimice lamnae
Crispe Salusti ; nisi temperato
Splendent usu
(Horace, Ode 2, liv. 2)

ISTHMIQUE II.

14. Cette ode composée en l’honneur de Xénocrate est adressée à son frère Thrasybule. Callistrate raconte que Xénocrate ayant offert à Pindare une somme peu proportionnée à son travail, celui-ci s’en vengea en adressant son hymne à Thrasybule. Le début semble confirmer ce récit.

15. Aristodème était de Sparte. Pindare l’appelle Argien peut-être parce qu’il regarde Argos comme la capitale de tout le Péloponnèse ou bien parce que les Argiens avaient comme les Lacédémoniens le mérite de la concision.

16. Érechtée était roi d’Athènes et père de Cécrops.

17. Nicomaque, écuyer de Xénocrate.

18. Les fils d’Énésidame, Théron et Dinomène.

19. Le Phase, fleuve de la Scythie, pays très froid.

20. Le Nil, fleuve d’Égypte coulant sous un ciel brûlant.

21. Nicasippe était sans doute un messager dépêché tout exprès par le poëte vers Thrasybule pour lui remettre son hymne.

ISTHMIQUE III.

22. Mélissus descendait d’OEdipe par sa mère.

23. Les Labdacides, descendants de Labdacus père de Laius, qui donna naissance à OEdipe.