Page:Faure - Encyclopédie anarchiste, tome 1.djvu/194

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
AUT
193


œuvre personnelle. Ceux que la destinée a fait naître pauvres ne doivent donc pas désespérer. Avec du courage ils vaincront l’adversité, ils deviendront des hommes dignes de ce nom. Par un labeur régulier et fécond, ils acquerront ― parce que trempés par la vie ― plus de richesses intellectuelles que n’en pourront jamais acquérir toutes les marionnettes de Facultés.

Georges Vidal.


AUTOMATE. n. m. (du préfixe auto et du grec maomai, je me meus). Machine organisée qui, par le moyen de ressorts, imite le mouvement d’un corps animé. Par extension, on désigne sous le nom d’automate une personne qui ne sait ni penser ni agir par elle-même. Exemple : Beaucoup de citoyens sont de simples automates qui obéissent aux suggestions et aux ordres venus d’en haut, qui votent, qui travaillent et qui applaudissent ceux qui les grugent. Le rêve des gouvernants est de régner sur un peuple d’automates. C’est pour cela que les gouvernants font impitoyablement poursuivre ceux qui essaient d’ouvrir les yeux de la masse, qui essaient de transformer ces automates en individus conscients. C’est pourtant là qu’est la tâche des anarchistes. La société future sera une société d’hommes et non une société d’automates.


AUTOMOBILISME. L’automobilisme est né avec le moteur à combustion interne. On connaissait bien, il est vrai, avant l’apparition du dit moteur, les machines à vapeur ; et les trains à chemins de fer roulaient depuis longtemps déjà quand il est apparu.

On avait même essayé de réaliser avec la vapeur, des véhicules automobiles à l’usage des particuliers, mais les inconvénients de ce système, notamment la mise sous pression, les manipulations malpropres, en rendaient l’emploi tellement long et désagréable, que les appareils de ce genre ne trouvèrent que peu d’amateurs.

Au contraire, dès que le moteur à explosion fut au point, l’automobilisme se développa avec une rapidité inouïe. Si l’on songe que les premières voitures sans chevaux apparurent vers 1895, on voit le peu de temps nécessité pour expérimenter, perfectionner, et implanter dans les mœurs, ce mode de locomotion qui est actuellement répandu par toute la terre, même dans les régions les plus reculées. C’est par millions que se chiffrent les automobiles en circulation, et il n’est pas d’exemple dans l’industrie d’aussi fabuleux développements.

C’est pourquoi il est permis d’attribuer à cette branche de l’activité humaine une grande importance au point de vue social, car elle doit, selon nous, déterminer à brève échéance des modifications profondes aux conditions de la vie.

Sans entrer dans des détails techniques complets, il nous a semblé utile de rappeler en quoi consiste l’automobile et ce qu’il est nécessaire de savoir concernant cet instrument de travail et d’agrément, si moderne.

L’automobile (et sous ce vocable ; nous entendons désigner tout véhicule automoteur, qu’il soit à 2, 3 ou 4 roues), est caractérisée essentiellement par : le moteur, l’appareil de changement de vitesse et les pneumatiques. Sans la réalisation de ces trois éléments, il n’est pas d’automobilisme possible. En ce qui concerne le moteur, inutile d’insister ; c’est le cheval de la voiture. Sans le changement de vitesse, il n’est pas de démarrage, ni de côte possible. Sans les pneus, pas de vitesse, pas de douceur et par contre détérioration rapide des machines. On a pu changer, depuis l’origine, les principes des carrosseries, des procédés de transmission, le moyen de la suspension ; on n’a pu rien changer, sauf certains détails de construction, tant au moteur qu’au changement de vitesse et à la suspension pneumatique.


Le moteur. ― Chacun sait que les corps, d’une façon presque générale, ont la propriété de se dilater à la chaleur ; les gaz n’échappent pas à cette loi naturelle. Si l’on fait brûler un gaz en vase clos, on comprend que l’élévation de température augmentant le volume de ce gaz déterminera une pression sur les parois du vase, d’autant plus grande que la température sera plus élevée. C’est cette propriété qui est utilisée dans les moteurs actuels. Un moteur est une sorte de pompe qui aspire d’abord des gaz d’essence mélangés à de l’air (gaz carburé) puis les comprime au retour du piston ; à ce moment, une étincelle électrique détermine l’inflammation des gaz qui se détendent en chassant devant eux le piston. Comme ce piston est relié au moyen d’une bielle et d’un maneton à un volant, le mouvement rectiligne du piston se trouve transformé en mouvement de rotation et régularisé par le volant.

Il existe des moteurs à 2 et 4 temps.

Leur principe ne varie guère, sauf que dans le 2 temps on fait travailler les deux faces du piston pour accomplir les fonctions nécessaires au cycle moteur qui sont nécessairement : aspiration, compression, explosion et échappement.

Le changement de vitesse est un appareil constitué par des trains d’engrenages de différents diamètres s’engrenant entre eux et que le conducteur commande au moyen d’un levier, suivant les exigences du profil de la route. On saisit ce fonctionnement en pensant à un cric qui permet à un homme, par la démultiplication de l’effort, de soulever des poids énormes ; ou bien à un vélo dont le rapport du pignon du pédalier à celui de la roue détermine plus ou moins de force ou plus ou moins de vitesse.

Quant aux pneumatiques que chacun connaît, ce bourrelet d’air qui entoure les roues, c’est bien une des plus belles inventions qui soient. La légèreté et la souplesse du pneu en font un élément sans lequel l’automobilisme n’existerait pas et qui, malgré de légers inconvénients bien connus, n’est pas près d’être remplacé par mieux.

Si pendant longtemps on a pu, à bon droit, considérer l’automobile comme un instrument de luxe à l’usage exclusif des classes riches, à présent il n’en va plus ainsi et peu à peu cet outil merveilleux se simplifie, se perfectionne, de telle sorte que son emploi se généralise partout de plus en plus ; c’est au point que, dans certains pays des États-Unis, on compte jusqu’à une auto par quatre habitants. Le vieux continent certes, est loin d’avoir atteint ce chiffre, mais tout laisse espérer qu’on y viendra. Les constructions en grandes séries qui permettent de diminuer les prix de revient, les améliorations incessantes apportées à la conception même des véhicules, autorisent à penser que dans très peu d’années chacun pourra posséder son auto grande ou petite, et ce pour le plus grand bien de tous. L’affranchissement relatif des distances permettra aux hommes de se rapprocher de la nature. Ils n’auront plus besoin de s’empiler pour vivre dans des villes énormes et malsaines, et le paysan, muni de cet instrument, ne songera plus dès lors à déserter pour toujours une terre près de laquelle il aura cessé d’être captif. — Charles Mochet.


AUTONOMIE. (du préf. auto, et du grec nomos, loi). Droit de s’administrer ou de se gouverner librement, dit le dictionnaire. Socialement, ce mot a une signification moins étendue. Cette signification a d’ailleurs besoin de précisions sérieuses, si on veut arriver à s’entendre sur la valeur exacte de ce terme social particulièrement usité et discuté en ce moment.

Depuis que les partis politiques et particulièrement le parti communiste ont tenté leur dernière et pui-