Page:Fayol, Henri - Administration industrielle et générale, 1917.djvu/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


les attentats, et, en général, tous les obstacles d’ordre social qui peuvent compromettre la marche et même la vie de l’entreprise.

C’est l’œil du maître, c’est le chien de garde dans l’entreprise rudimentaire , c’est la police, c’est l’armée dans l’Etat. C’est, d’une manière générale, toute mesure qui donne, à l’entreprise, la sécurité, au personnel, la tranquillité d’esprit dont il a besoin.

5° Fonction de comptabilité

C’est l’organe de vision des entreprises. Elle doit permettre de savoir à tout instant où l’on en est et où l’on va. Elle doit donner sur la situation économique de l’entreprise des renseignements exacts, clairs, précis.

Une bonne comptabilité, simple et claire, qui donne une idée exacte des conditions de l’entreprise, est un puissant moyen de direction.

Pour cette fonction, comme pour les autres, une certaine initiation est nécessaire. L’indifférence dans laquelle on la tient dans les grandes écoles industrielles prouve qu on ne se rend pas compte des services qu’elle rend.

6° Fonction administrative

Aucune des cinq fonctions précédentes n’est chargée de dresser le programme général d’action de l’entreprise, de constituer le corps social, de coordonner les efforts, d’harmoniser les actes. Ces opérations ne font point partie des attributions de la fonction technique, non plus que de celle des fonctions commerciale, financière, de sécurité ou de comptabilité. Elles constituent une autre fonction que l’on désigne habituellement sous le nom d’administration et dont les attributions et les limites sont assez mal définies.

La prévoyance, l’organisation, la coordination et le contrôle font, sans conteste, partie de l’administration comme on l’entend couramment.