Page:Feer - Le Tibet.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

ductions minérales de tout genre. L’or, caché dans la terre ou charrié par les eaux, y abonde ainsi que l’argent, le fer, le cuivre, le zinc (appelé ti-tsa), le mercure, le cinabre, le cobalt, le cristal de roche, le sel gemme et le sel fourni par les eaux, le borax, le soufre, le salpêtre. Dans le seul bassin du Me-Kong, M. Desgodins signale quarante-neuf mines de diverse nature, sept sur la rive droite, quarante-deux sur la rive gauche. Les sources minérales chaudes ou froides sont très nombreuses.

Animaux. — Le règne animal est très richement représenté et offre des particularités remarquables. On a, au Tibet, des chevaux, des ânes, des mulets, des cochons et des chiens se distinguant les premiers par la petitesse, les seconds par la grandeur de leur taille. Le mouton y abonde, précieux animal qui habille le Tibétain avec sa peau et sa toison, le nourrit de sa chair et lui porte ses fardeaux ; le mouton tibétain est d’une espèce particulière, assez petite, ayant la tête généralement noire et la queue très large. La finesse de sa laine est renommée ; le Tibet est le pays de la laine par excellence.

Le bœuf ordinaire y est petit et moins commun qu’une espèce bovine particulière, le bœuf grognant à longs poils, appelé yak, qui existe à l’état sauvage et à l’état domestique. Même privé, le yak est encore farouche ; mais, en le croisant