Page:Ferrier - La Marocaine.pdf/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



OTTOKAR.

Désolé, mon cher enfant, mais je ne peux pas te la donner, celle-là.


ACHMED et FATIME.

Parce que ?


OTTOKAR, à Fatime.

Parce que vous êtes réservée à de plus hautes destinées.


FATIME.

Lesquelles, seigneur ?


OTTOKAR.

Je vous expliquerai cela tout à l’heure, ma mignonne.


FATIME.

C’est que je vais vous dire : je connais les lois de la guerre ; je suis votre esclave… je dois obéir, vous pouvez faire de moi tout ce qui vous plaira…


OTTOKAR.

Voilà de bons sentiments !


FATIME.

Mais enfin, esclavage pour esclavage, j’aimerais autant un bon petit maître, bien gentil… et il est gentil comme tout, votre fils !


ACHMED.

Tu l’entends, papa, tu l’entends !…


OTTOKAR.

Non ! je n’entends pas, et je renouvelle ma proposition : deux à choisir dans le lot.


ACHMED.

Une seule : celle que j’ai dit !


FATIME.

Très-gentil, décidément !