Page:Ferrier - La Marocaine.pdf/72

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



SÉLIM.

Nous croyons !


FATIME.

Il faudra bien permettre ce que vous ne pourrez empêcher !


OTTOKAR.

Veux-tu te taire, toi, d’abord !


FATIME.

Non, je ne me tairai pas ! Suis-je votre esclave, seigneur, ou votre souveraine, vermisseau ?


OTTOKAR.

Tu es ma souveraine, je le reconnais !… Mais Achmed est mon fils !… Attalide est ma fille !… Et je vais, pour m’assurer leur obéissance, enfermer l’une dans sa chambre, et embarquer l’autre sur un bâtiment !


SÉLIM.

Vous ne ferez pas ça !


OTTOKAR.

Vous allez voir !


ATTALIDE.

Non !


OTTOKAR.

Si !


ACHMED.

Non !


OTTOKAR.

Si !


FATIME.

Eh ! bien, c’est bien ! je dirai tout au pacha !


OTTOKAR.

Quoi ?… tout ?…