Page:Ferrier - La Marocaine.pdf/80

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Scène XII

Les Mêmes, SOLIMAN, puis successivement, Les Janissaires, Les Sultanes, et l’Ambassade Kabyle avec TAMARJIN.



SOLIMAN, entrant.
––––––Mon cœur brûlé de mille flammes
––––––Va de l’amour goûter les fruits !

FATIME, l’apercevant.
––Le pacha !…

OTTOKAR.
––Le pacha !… Nos gaîtés lui cacheront nos trames !

HUZKA.
––Dansons toujours !

SOLIMAN.
––Dansons toujours ! On danse ! or çà, j’en suis ! j’en suis !

TOUS.
Gai, dansons…
–––Etc…

SOLIMAN.
Gai, dansons…
–––Etc…
ENSEMBLE.
––––––Le cancan n’offusque que les sots !

La danse est interrompue par trois coups de canon.


SOLIMAN.

Trois heures !


OTTOKAR.

Non ! c’est le canon !


LES FEMMES.

Le canon ?