Page:Fertiault - La Nuit du génie, 1835.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Sur la terre endurcie était à deux genoux.
Quand Dieu dit à Giotto : vas embellir tes toiles,
Il errait, presque nu, sous le feu des étoiles,
Gardien encore enfant de quelques vils troupeaux.
Et ce chef d’Israël, aux magiques travaux ?
C’est après de longs jours, passés sans nourriture,
Que Dieu toucha son front et changea sa nature.
À d’autres il parla dans d’infectes prisons ;
À d’autres quand le feu dévorait leurs maisons ;
Ou lorsque, plus à plaindre, au sein de l’esclavage
Ils traînaient ce désir, soutien de leur courage.
Il leur parla partout, et toujours au moment
Où ces hommes en eux sentaient quelque tourment.
Je le sais. Oui, mon Dieu, souvent l’épreuve est rude ;
Mais qu’importe ? elle clôt la longue inquiétude
Qui dévorait le cœur ; l’homme ne souffre plus…
Quand il conçoit son œuvre, il est de tes élus.

***