Page:Fertiault - La Nuit du génie, 1835.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Il marche, encor porté sur les ailes d’un songe.
Il ouvre sa fenêtre et laisse errer ses yeux
Dans cette immensité qu’on appelle les Cieux.
 
Qui le mène et comment ? Pourquoi ? Que va-t-il faire ?
Taisons-nous ; sa démarche est encor un mystère ;
Mais je vois dans son cœur l’étincelle qui luit
Et si c’est lui qui va, c’est Dieu qui le conduit.

Éternel aliment des nobles rêveries,
Ô Nuit, mère sans fin des visions chéries,
C’est pourtant sous l’abri de ton vêtement noir
Que se font les plus beaux de nos rêves d’espoir,
Et quand Dieu veut répondre à la voix qui l’implore
C’est ton vaste silence, ô Nuit, qu’il cherche encore.
Dis-moi, lorsqu’en ton ombre il noyait ses regards,
Dis-moi ce qu’éprouva ce jeune amant des arts
Si plein de feux au sein et de corps si tranquille ?

Regardez-le plutôt nu, debout, immobile,