Page:Feydeau - Tailleur pour dames.djvu/107

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Moulineaux

Ne sois donc pas soupçonneuse !… aie toujours confiance en moi !… Qu’il te suffise de savoir que je n’aime et n’aimerai jamais que toi !


Yvonne, d’un air de doute.

Oh !


Scène VII

Les Mêmes, Bassinet


Aubin, voyant entrer Bassinet.

Ciel ! le mari !

Il tire son mouchoir, et fait des signaux désespérés à Moulineaux qui lui tourne le dos.


Moulineaux

Puisque je te répète que je t’aime, je t’aime, je t’aime !

Bassinet (n° 2). — Ah ! charmant !


Aubin, faisant des signaux.

Eh ! monsieur Machin ! monsieur Machin !

Voyant que Bassinet le regarde, pour se donner une contenance, il affecte de s’éventer avec son mouchoir tout en faisant des salutations à Bassinet. — Bassinet, étonné, tire son mouchoir, et exécute les mêmes gestes que Aubin.


Moulineaux, tendrement (n° 3).

Yvonne ?

Il veut l’embrasser.

Yvonne (n° 4). — Mais, voyons, pas devant tout le monde !


Moulineaux

Quoi ? je n’en rougis pas.