Page:Fiel - Épreuves maternelles, 1930.djvu/7

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Il était plus riche qu’on ne le supposait encore et il faisait installer à grands frais, un appartement somptueux. Par bonheur, le tapissier choisi possédait un goût d’artiste. Ce fut donc avec une satisfaction réelle que Denise constata l’embellissement de son logis.

Elle eut une première déception. Elle désirait visiter l’Italie, mais son mari l’emmena en Corse et il rit de la bonne plaisanterie qu’il lui faisait. Elle se résigna et se laissa conduire sans joie, constatant chaque jour que l’éducation de son compagnon s’effritait comme un vernis.

Mais ce qui la blessa surtout, ce fut quand Paul, le premier dimanche, refusa obstinément de l’accompagner à la messe. Elle le supplia, mais il résista non sans paroles dures. Elle y partit seule, le cœur brisé, se demandant ce qui s’ensuivrait de ce premier nuage.

Allait-elle vivre moralement séparée de celui qu’elle avait épousé ? Comment élever chrétiennement des enfants avec un père qui ne donnerait pas l’exemple de la piété ?

Au bout de trois semaines de voyage, les Domanet rentrèrent chez eux, à la grande satisfaction de Denise qui n’en pouvait plus de lassitude. Elle éprouvait un grand besoin de tranquillité. Son mari la décevait de jour en jour et elle s’apercevait avec effroi que chaque heure qui passait confirmait ses impressions.

Paul Domanet ne possédait même pas cette délicatesse du cœur qui remplace l’éducation. Il s’affirmait autoritaire sur tous les points et Denise envisageait une vie où elle serait comprimée sans arrêt et privée de toute initiative.

Elle n’était pas une compagne, mais un objet qui complétait un état social.

Son mari lui avait fait entrevoir qu’il désirait beaucoup recevoir, visant un but politique, et Denise comprit qu’elle serait forcée de se contraindre, pour se placer en évidence afin d’imposer son mari. Ce rôle lui répugnait d’avance.

Puis Denise se trouvait trop jeune à vingt ans et elle allégua ce défaut. Mais son mari ne fit que rire à cette excuse. Il la regardait du haut de son