Page:Fiel - Autour d'un candidat, 1929.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
32
AUTOUR D’UN CANDIDAT

Louise ne se fit pas répéter cet ordre. Elle se sauva presque en courant, heureuse d’échapper à cette conversation qui troublait la tranquillité de ce séjour qu’elle trouvait si charmant jusqu’à cette heure.

Elle retourna près de ses amies et reprit son travail interrompu, mais dans son esprit roulaient sans cesse les recommandations maternelles.

Épouser Marcel Gémy ! Elle n’y songeait guère. Rien qu’à l’idée de revoir le jeune homme avec ce dessein dans la tête, la rendait rose jusqu’à la racine de ses cheveux blonds.

Elle ne se doutait guère qu’Isabelle, assise près d’elle et riant pour un rien, dans une toilette élégante, se tourmentait pour la même cause.

Mme Lavaut, durant ce temps, réellement lasse des efforts qu’elle avait faits pour convaincre sa fille, restait écroulée dans son fauteuil en attendant Alfred.

Il arriva environ une heure après, assez inquiet de ce que sa mère allait lui communiquer. Sa sœur n’avait pu lui donner aucun renseignement devant Isabelle et Jeanne.

— Enfin, te voici… l’accueillit aigrement Mme Lavaut.

— Mais, maman… j’ignorais que tu eusses besoin de moi… Je chassais des papillons dans un pré lointain…

— Tu me feras la grâce de délaisser ce stupide passe-temps, interrompit fermement Mme Lavaut, pour t’occuper de choses plus utiles… Je t’ai trouvé une situation où tu