Page:Fierens-Gevaert, La renaissance septentrionale - 1905.djvu/250

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


198 de faire mouvoir le pupitre ; son geste en découvrant le revers de sa chape, introduit parmi les sinuosités des orfrois, les reflets du velours, les entail- lures du meuble et les étincelles des bijoux, un pli triangulaire, rigide, droit, austère, un pli de génie — qui communique à la composition une stabilité suprême. Et malgré tous ces trésors rien dans ce pannaeu ne captive autant que la physionomie pure des chantres divins, physionomie dont on ne saurait dire si elle est virile ou féminine tant la virilité en est délicate et tant la grâce en est robuste. Elle dégage un sentiment de beauté idéale, platonicienne, et pour dire exactement, classique; les anges de Luca délia Robbia ne seront pas très différents de ceux de Jean Van Eyck — j’écris spontanément le nom du cadet — et c’est à quelque source inconnue de beauté antique, recueillie par la statuaire du XIV e siècle, que les Anges chanteurs du Retable doivent peut-être la sculpturale pureté de leurs visages.

Au céleste concert vocal va répondre le concert des instrumentistes divins. Un ange — désigné à tort comme étant sainte Cécile — s’absorbe dans le charme prolongé des notes de l’orgue. Peut-être accompagne-t-il les anges chanteurs, peut-être joue-t-il un prélude? Les autres instrumen- tistes attendent leur entrée et celui qui joue delà vielle est si profondément attentif que le joueur de harpes semble vouloir le tirer de son rêve... L’orgue est placé presque de face; plat, légèrement évasé par le bas, son seul motif ornemental est une petite frise qui sépare le clavier du sommier. Mais les vingt et un tuyaux placés par ordre de grandeur de droite à gauche, brillent comme de grands rayons argentins. L’instrument est assez perfectionné, semble-t -il

le registre situé à gauche, un peu au-dessous du clavier, suppose en effet l’existence d’un second jeu; et cette forme de l'orgue — un buffet rectangulaire avec tuyaux disposés d’une manière symétrique — a fourni l’orgue dit positif ou d’appartement, demeuré en usage jusqu’aux premières années du xix me siècle. — La harpe est probablement l’instrument que Praetorius (1) appelle harpe ordinaire, par opposition à la grande harpe double et à la harpe dite irlandaise; elle a vingt-quatre cordes — exactement le chiffre indiqué par Praetorius; c’est, par excellence, la harpe portative que l’on désignera (1) Praetorius. Teatrum instrumentamm, pl. XVIII, fig. I.