Page:Fierens-Gevaert, La renaissance septentrionale - 1905.djvu/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


maladroit ; mais l’étoffage original des manteaux galonnés d’hermine, des cottes et des chapes brodées réalise des accords très riches de bleus azurés répondant à des blancs tendres et onctueux, de notes rouges chantant parmi la vivacité des ors. Broederlam enlumineur de statues, est beaucoup plus réaliste que Broederlam peintre de sujets évangéliques, et Melchior a fidèlement reproduit les chatoyantes vêtures de ses contemporains sur les statuettes du huchier termondois. Si l’on songe que toutes les sculptures de ce temps étaient ainsi polychromées : statues d’apôtres, figures tombales, poutres historiées, clefs de voûtes, blasons, niches, dais de pierre et de bois, que Jean van Eyck lui-même peignit des statues, et que cet étoffage chatoyant commandait l’emploi de l’huile, on est vite convaincu que la peinture du XVe siècle doit beaucoup à ces enlumineurs de statues et qu’il est juste, par conséquent, de les compter désormais parmi les plus actifs précurseurs de l’art moderne.