Page:Figuier - Les Merveilles de la science, 1867 - 1891, Tome 1.djvu/309

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


l’étendue du territoire français. Ce n’est qu’à cette époque que l’on vit cesser la déplorable opposition, que l’administration supérieure avait faite pendant dix ans, à l’établissement de nos voies ferrées.

T1- d309 - Fig. 141. — Didion.png
Fig. 141. — Didion.

Bientôt les grandes artères du réseau français purent être livrées au public, et un nouveau système de communication unissait par des voies rapides le Nord avec le Midi, l’Est avec l’Ouest, l’Océan avec la Méditerranée. Aux grands travaux qui ont doté la France du magnifique réseau de ses voies ferrées actuelles, se rattachent les noms d’ingénieurs éminents qui resteront comme des gloires nationales, dans les souvenirs de la génération nouvelle.

Le chemin de fer du Nord est une des plus importantes, parmi les grandes lignes construites conformément à la loi de 1842.

Le chemin de fer du Nord comprend la ligne de Paris à la frontière belge, par Lille et Valenciennes, la ligne de Lille à Calais et à Dunkerque, la ligne de Béthune à Hazebrouck et celle de Creil à Saint-Quentin. Les deux premières ont été adjugées le 16 septembre 1845, pour une durée de jouissance de 38 ans ; la troisième, à la même date pour 37 ans, et la dernière pour 25 ans. La longueur totale de ces lignes est de 639 kilomètres. À ces divers chemins il faut ajouter celui de Vireux à la frontière de Belgique, et divers autres embranchements qui font que de tous les chemins français, le chemin de fer du Nord est celui où la circulation est la plus active.

M. Jules Pétiet est le directeur de l’exploitation et de la traction, au chemin de fer du Nord.

Né en 1813, M. Jules Pétiet entra à l’École centrale des arts et manufactures, en 1830, au moment de la fondation de cette école. Il y fit de brillantes études dans deux spécialités, celle de mécanique et celle de métallurgie, et obtint le diplôme d’ingénieur dans l’une et dans l’autre. Peu de temps après sa sortie de l’École centrale, il travailla à la construction du chemin de fer d’Alais à Beaucaire, sous les ordres de MM. Talabot et Didion. Plus tard, il fut placé à la tête du bureau de M. Eugène Flachat, et bientôt il fut désigné par M. Perdonnet, pour remplir le poste de directeur du chemin de Versailles, rive gauche.

Il fit preuve, dans cet emploi élevé, d’une telle capacité, d’une science si complète, et d’une si grande activité, que la compagnie du chemin du Nord l’appela, pour diriger l’exploitation et les ateliers de ce chemin. Cette double tâche était bien difficile à une époque, où l’on n’avait encore qu’une faible expérience de ces deux services sur la ligne la plus fréquentée de France. M. Pétiet l’accomplit avec une évidente supériorité.

Le chemin de fer de Strasbourg a été voté et adjugé en 1845. Les embranchements principaux sont ceux de Reims, Metz, Sarrebruck, Mulhouse, etc.