Page:Figuier - Les Merveilles de la science, 1867 - 1891, Tome 2.djvu/224

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


l’Asie, jusqu’à la presqu’île indienne. Le projet consistait donc à traverser par une ligne aérienne, la Turquie d’Asie, à pousser ainsi jusqu’aux bords de l’Euphrate, et à descendre le long de ce fleuve, jusqu’au golfe Persique. On devait traverser par un câble sous-marin, le golfe Persique, pour atteindre l’île d’Elphinstone sur la côte orientale de l’Arabie. De là, jusqu’à la presqu’île de l’Inde, il fallait suivre la voie sous-marine, à cause du peu de sécurité qu’offraient les barbares habitants de ces contrées. Un câble sous-marin devait donc traverser le golfe d’Oman, aborder à Gwatter, sur la côte du Mekran (Béloutchistan), d’où un fil télégraphique aérien traversant le Béloutchistan, pénétrerait dans l’Inde.

T2- d224 - Fig. 130. — Latimer Clark.png
Fig. 130. — Latimer Clark, ingénieur du télégraphe anglo-indien.

Le colonel Stewart, en 1862, fut chargé d’explorer dans ce but, les côtes du Mekran, du Béloutchistan, du golfe Persique et la Turquie d’Asie, depuis Bassorah jusqu’à Constantinople.

Sur son rapport favorable, l’entreprise fut décidée. Le colonel Stewart eut la direction des travaux, sir Charles Bright et M. Latimer Clark furent désignés comme ingénieurs électriciens.

Le câble qui fut construit pour la traversée du golfe Persique, diffère essentiellement des autres. Le conducteur est composé de quatre fils étirés dans un tube creux, et présente l’apparence d’un fil massif, dont il a tous les avantages, tandis que sa conductibilité est augmentée de 28 pour 100. L’enveloppe isolante, composée de quatre couches de gutta-percha, fut appliquée avec tant de soins que le degré d’isolement obtenu était sans exemple. Recouvert ensuite d’une enveloppe de chanvre humide, le câble reçut une armature de douze fils de fer n° 7. La résistance de ce câble à la rupture devint ainsi de 8 tonnes. Enfin, pour le préserver de la corrosion de l’eau de mer, il fut recouvert d’une double enveloppe de chanvre et d’un composé bitumineux inventé par MM. Bright et Clark.

Commencée en février 1863, la construction de ce câble fut achevée au milieu du mois d’octobre de la même année. Sa longueur était de 1 413 kilomètres, son poids total de 6 000 tonnes. Le transport d’une pareille masse à une grande distance n’était pas chose aisée. Il fut effectué par six vaisseaux, pourvus chacun de trois bassins de fer pleins d’eau dans laquelle le câble fut tenu constamment immergé.

Le premier des navires, le Marian-Moore portant 300 kilomètres de câble, parti d’Angleterre, arrivait à Bombay, le 22 décembre 1863, suivi du Kirkhan, portant le reste du câble destiné au golfe Persique, et l’on se prépara à immerger la première section, qui embrassait l’intervalle de Gwatter, petite ville du Béloutchistan, sur la côte du Mekran, à la baie de Malcolm, près du cap Moussendon, à l’entrée du détroit d’Ormouz, qui est comme la porte du golfe Persique, et se trouve en face des rivages de la Perse.

Le lieu d’atterrissement choisi était une petite île rocheuse, nommée Elphinstone,