Page:Figuier - Les Merveilles de la science, 1867 - 1891, Tome 3.djvu/318

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


fanterie composée des milices des communes, se retranchait derrière ses charrois, pour se garantir de la cavalerie. On inventa même des voitures à deux roues, garnies, à l’arrière, de piques, qu’on tournait du côté de l’ennemi. Ces voitures étaient nommées ribaudequins, du mot ribaud, qui servait à désigner les hommes employés aux charrois de l’artillerie, et qui étaient chargés de conduire le matériel de guerre. Les ribaudequins furent les premiers affûts dans lesquels on encastra les armes à feu. On ne mit d’abord, sur chaque voiture, que un ou deux petits canons ; ils effrayaient plutôt l’ennemi et ses chevaux, qu’ils ne lui nuisaient par leurs projectiles.

T3- d318 - Fig. 183 — Ribaudequin du XIVe, armé de petits canons et de piques.png
Fig. 183. — Ribaudequin du xive siècle, armé de petits canons et de piques.

La figure 183 représente un ribaudequin portant quatre petits canons sur une même rangée. On voit au-dessous des canons, une rangée de cinq piques, dont trois portent des masses d’étoupes imbibées de matières inflammables. Entre les deux roues se dresse verticalement une cloison de bois, destinée à défendre les artilleurs contre les traits de l’ennemi.

T3- d318 - Fig. 184 — Bombarde du XIVe, sur un affût à roulettes.png
Fig. 184. — Bombarde du xive siècle, sur un affût à roulettes.

Plus tard, on débarrassa les ribaudequins de cet attirail de piques et de hallebardes, reste superflu de l’ancien armement. On ob-