Page:Figuier - Les Merveilles de la science, 1867 - 1891, Tome 3.djvu/361

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


T3- d361 - Fig. 222 à 227. — Les six calibres de l’artillerie de France, sous François Ier.png
Canon. Grande couleuvrine. Couleuvrine bâtarde. Couleuvrine moyenne. Faucon. Fauconneau.
Fig. 222 à 227. — Les six calibres de l’artillerie de France, sous François Ier.


première de ces pièces lançait un boulet de fonte du poids de 2 livres, la seconde de 1 livre et 1 once, la dernière un boulet de 14 onces. Le fauconneau avait encore 6 pieds 4 pouces de longueur.

Ces règles ne tardèrent pas à recevoir quelques changements. D’après la première détermination :

Le canon pesait 160 boulets ;

La grande couleuvrine pesait 266 boulets ;

La couleuvrine bâtarde, 357 boulets ;

La couleuvrine moyenne, 600 boulets ;

Le faucon, 660 boulets ;

Le fauconneau, 470 boulets ;

Quatre pièces, dont le poids était excessif, relativement au boulet, furent allégées, et d’après le second règlement,

Le canon pesait 160 boulets ;

La grande couleuvrine, 230 boulets ;

La couleuvrine bâtarde, 262 boulets ;

La couleuvrine moyenne, 315 boulets ;

Le faucon, 500 boulets ;

Le fauconneau, 514 boulets.

Le bronze de ces pièces était formé de 91 parties, en poids, de cuivre et de 9 d’étain, pour 100 d’alliage.

D’après M. le général Favé, dont l’ouvrage nous sert de guide constant dans cette Notice, le système des six calibres de France avait été déjà adopté et construit en 1551.

« L’honneur en doit revenir, ajoute M. Favé, à d’Estrées, grand-maître de l’artillerie de 1550 à 1559, qui en exerçait déjà la charge en 1548. Il avait, comme homme de guerre, une des belles réputations de