Page:Figuier - Les Merveilles de la science, 1867 - 1891, Tome 3.djvu/570

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


nitor, qui sortit sain et sauf de ce terrible assaut ; au contraire la proue du Merrimac se brisa sur la cuirasse du Monitor.

Le combat fut terminé par la retraite du Merrimac qui n’avait reçu que quelques avaries légères, mais dont le capitaine avait été mortellement blessé par un boulet, entré par l’un des sabords. Ce capitaine se nommait Franklin-Buchanan, et la veille, il avait fait prisonnier son propre frère, officier de la marine fédérale à bord du Congress. Du reste, le commandant du Monitor, le lieutenant Worden, avait été blessé lui-même, dans sa cabine de fer.

En résumé le Monitor ne fit aucun mal au Merrimac. De son côté, le Merrimac, vieille frégate rapidement transformée en frégate cuirassée, était trop faible de charpente, et mû par une machine à vapeur trop peu puissante, pour pouvoir tenter avec succès le choc contre son adversaire.

Ajoutons, pour terminer ce chapitre, que le Monitor n’était bon que pour la navigation en rivière ; il était impropre à tenir convenablement la mer, et bien des incidents ont montré qu’il navigue difficilement et qu’il est presque inhabitable. Un officier du Monitor, dans une lettre publiée par le Times, après mille éloges adressés à son bâtiment, dont le combat d’Hampton-Road l’a rendu enthousiaste, terminait en disant : « Il y aurait moins de danger à combattre douze fois contre le Merrimac qu’à retourner à New-York à bord du Monitor. »


CHAPITRE X

les navires à tourelles de la marine anglaise. — le royal-sovereign, et le prince-albert. — le navire à tourelles de la marine américaine, le miantonomoah. — le captain et le monarch, navires anglais à tourelles.

Le combat d’Hampton-Road était fait pour appeler l’attention sur la nature des services auxquels étaient propres les monitors. Les idées du capitaine Coles gagnèrent donc quelque faveur en Angleterre. Le 4 avril 1862, par ordre de l’amirauté, le vaisseau à trois ponts de 130 canons, le Royal-Sovereign, entrait dans un des bassins de Portsmouth, pour y être rasé de ses deux ponts supérieurs, et pour recevoir cinq tourelles tournantes, armées chacune d’un canon lançant un boulet de 300 livres.

Les modifications qu’il a fallu faire subir au bâtiment, pour répondre à ce programme, ont été considérables, et n’ont pas rencontré, même en Angleterre, une approbation unanime. Ce que l’expérience a clairement montré, c’est que le Royal-Sovereign ainsi transformé, est incapable de naviguer ; que dès lors, son rôle est réduit à celui de garde-côtes, et que même pour ce dernier emploi, en raison de son fort tirant d’eau (6m,55 à l’avant, 7m,58 à l’arrière), il est mal réussi.

Les partisans de ce système firent valoir que les indications du capitaine Coles auraient chance d’être suivies avec plus de succès sur une construction neuve. L’amirauté, fidèle à sa coutume d’expérimentation, fit construire en 1862-64, chez Samuda frères, le navire à tourelles le Prince-Albert. Voici les éléments principaux de ce bâtiment, dont la coque est en fer :

Longueur 
73m,14
Largeur 
14m,64
Tirant d’eau au milieu 
6m,34
Déplacement 
3 870 tonn.
Force nominale de la machine 
500 chev.
Nombre de bouches à feu 
4
Hauteur des sabords des tourelles au-dessus de la flottaison 
3m,50
Épaisseur de la cuirasse 
0m,115
               du matelas qui reçoit la cuirasse 
0m,46

Il revient à 5 420 000 francs.

En outre, le gouvernement anglais fit l’acquisition pour le prix de 2 800 000 francs chacun, de deux navires à tourelles, la Wivern et le Scorpion, construits par MM. Laird, de Birkenhead, et primitivement destinés aux Américains du Sud. Ces navires, longs de