Page:Figuier - Les Merveilles de la science, 1867 - 1891, Tome 3.djvu/652

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


150 francs, et peut servir pendant plusieurs campagnes, si l’on a soin de le garnir de fagots ou de litière, pour le protéger contre les pluies et les gelées de l’hiver.

Pour construire un de ces fours, on fait autour de l’emplacement qu’il doit occuper, une tranchée de 1m,20 de largeur et autant de profondeur. La terre déblayée sert à construire les parois du four dont le dessus demeure ouvert. Il y a quatre foyers qui débouchent dans la tranchée et dont la construction nécessite environ douze cents briques ordinaires. Dans le cas où l’on veut cuire à la houille, il faut garnir les alandiers de grilles de fer.

Les figures 523 et 524, en coupe et en élévation, représentent ce four de campagne.

T3- d652 - Fig. 523. — Coupe et élévation du four de campagne en terre.png
Fig. 523. — Coupe et élévation du four de campagne en terre.
T3- d652 - Fig. 524. — Four de campagne en terre.png
Fig. 524. — Four de campagne en terre.

Ce four est circulaire, il a 3m,30 de diamètre et 2m,15 de hauteur environ. La terre qui forme les murs, peut être prise dans une tranchée de 1m,20 ouverte au pied du fourneau, et dans laquelle débouchent les alandiers, au nombre de trois quand on consomme du bois, et de quatre, si l’on employait de la houille. Il entre environ 1 200 briques dans la construction de ces parties du fourneau.

Le four précédent donne une cuisson moins égale que le four à coupole. Les