Page:Filiatreault - Contes, anecdotes et récits canadiens dans le langage du terroir, 1910.djvu/20

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


LES PUNAISES DU CANADA


Filiatreault - Contes, anecdotes et récits canadiens dans le langage du terroir, 1910 - 0006.png


IL est parfaitement reconnu que le Canada, dans l’idée de la plupart des Français qui sont venus s’établir ici pour y gagner leur vie, est un pays à peu près inhabitable ; que ceux qui y résident sont tous des ignorants, et qu’il n’y a rien excepté de la neige et de la glace.

En ’69, je quittais la capitale de Terre-Neuve, St Jean, à bord du Peruvian, de la ligne Allan, pour revenir à Montréal. Nous longions la côte de l’Île, un paquet de roches de 300 milles de longueur jusqu’à la Baie des Îles, pour s’engager dans le détroit conduisant jusqu’au Golfe St-Laurent.

Le commissaire du bord, un Écossais pas pour rire, vint me trouver et me dit dans son anglais aussi sec qu’énergique :