Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 2.djvu/135

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


es a te creuser la tête pour imaginer un tas de dangers, qui n’ont jamais existe que dans ta cervelle. La lettre d’aujourd’hui, par exemple, me paraît plus triste que les autres. Comme tu vas t'ennuyer, a Rouen! Comme tu vas regarder ton au brûler et la pluie couler sur les carreaux! Fais venir Bouilhet, vous causerez de moi ensemble. Tu sais qu’il est diune timidité ridicule, et s’il ne t’a pas écrit (ce qui ne m’étonnerait guère), ou s`il ne vient pas subito te voir, sachant ton retour a Rouen, c’est qu’il y a la plus de gaucherie qu’autre chose.

Ma lettre t’arrivera apres le jour de l’an. A cette époque nous ferons nos préparatifs pour le voyage du Nil. Nous aurons une belle cange avec dix marins a nous (chaque homme 15 francs par mois), et des lettres de recommandation pour tous les gouverneurs. Il n’y aurait même rien d’étonnant quand Soliman—Pacha nous accompagnerait une partie du voyage (ce qui nous dérangerait un peu, par parenthèse). Nous aurons sur notre bateau une masse de pipes, force tarbouch, chi- bouk et tarabouk (tambour), etc., etc. Oui, nous avons un bon chic. Le soleil s’est enfin décidé à me culotter la peau 2 je passe au bronze (ce qui me satisfait); j'engraisse (ce qui me désole); ma barbe pousse comme une savane d’Amérique. Je dors des douze heures de suite sans [me] réveiller, enfin j’ai l'air d’un vieux roquentin. J'ai une bonne boule et suis satisfait cle moi. Quant à la vanité, rassure-toi, Pauvre vieille; je ne suis pas encore ivre d’encens et je crois qu au retour je ne ferai pas semblant de ne pas te reconnaître.

Nous avons cette semaine fait une petite ex-