Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 2.djvu/403

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE GUSTAVE FLAUBERT. 397 ` belles comparaisons de la nature, telles qu'un éclair par intervalles qui ressemble à un clignement ` d’œiI : voilà a peu pres tout. Et dabord, pour parler clair, la baise-t-il ou ne la baise—t-il pas? Ce ne sont pas des êtres humains, mais des man- nequins. Que c’est beau, ces histoires d’amour où la chose principale est tellement entourée de mys- — tère que l’on ne sait à quoi s’en tenir, l’union sexuelle étant reléguée systématiquement dans ` l'ombre comme boire, manger, pisser, etc.! Le parti — pris m’agace. Voilà un gaillard qui vit continuelle- ment avec une lemme qui l’aime et qu’il aime, et jamais un désir! Pas un nuage impur ne vient- obscurcir ce lac bleuâtre! C hypocrite! S'il avait raconté l`histoire vraie, ue c’eût été plus beau! ` Mais la vérité deman » e des mâles plus velus ue R Nl. de Lamartine. ll est plus facile en efl`et de des- siner un ange qu'une Femme 1 les ailes cachent la bosse. Autre chose : c'est dans un désespoir qu’il visite Pompéi, le Vésuve, etc., ce qui était une manière bien intelligente de s’instruire, par paren- these. Et la, pas un mot d’émotion, tandis que . nous avons passé au commencement par l’éloge cle Saint-Pierre de Rome, œuvre glaciale et déclama- toire, mais gu’il faut admirer. Cest dans l’ordre; c'est une idée reçue. Rien dans ce livre ne vous prend aux entrailles. Il y aurait eu moyen de faire pleurer avec Cecco, le cousin dédaigné. Mais non. Et a la fin aucun arrachement; par exemple, _ l’exaltation intentionnelle cle la simplicité (des classes pauvres, etc.) au détriment du brillant des classes aisées, l’ennui des grandes villes. Mais c’est ue Naples n'est pas ennuyeux du tout. ll y a de liharmantes femelles, et pas cher. Le .