Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 2.djvu/460

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


4 S4 comansroivnamca Nous ne suivons plus la même route, nous ne naviguons plus dans la même nacelle. Que Dieu nous conduise donc où chacun demande! Moi, je ne cherche pas le port, mais la haute mer. Si j'y -_ Fais naufrage, je te dispense du deuil. le suis a toi. · gg 1. À LOUISE COLET. En parti; inédite. · [Croisset] Nuit de samedi, 1 heure du matin. [3-.1. juillet 1852.] Tes dernières lettres sont bien tristes, pauvre chère Louise. Tu m’as l'air découragée; ne baisse pas. Tu étais si bien il y a quelque temps; j’aime ai ` te savoir calme la-bas pendant que je suis ici. II y a - bien des moments où, si je pouvais m'envoler vers · toi, pour aller embrasser ta belle et bonne figure ` quand je me l’imagine triste et rêvant seule sur mille miseres de la vie, ie le ferais, va, et je mien reviendrais. Espere, espere, tout est là; les voiles ne vont pas sans vent, les cœurs tombent quand le · soullle leur manque. .l'ai été bien aflaissé toute _ cette semaine ou j’ai fait à peu près une page. Comme i’ai envie que cette premiere partie soit achevée I .l’ai presque la conviction que c'est trop long et pourtant je n'y vois rien a retrancher, il y a tant de petites choses importantes à dire. Depuis A -hier au soir pourtant et surtout auiourd’hui, ça va — mieux, le beau temps sans doute en est cause. Ce ` soleil m'a délecté et ce soir la lune. J e me sens, a - l’heure qu’il est, frais et raieuni. ·