Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 5.djvu/103

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE GUSTAVE FLAUBERT. 97 prive des lieux publics. .l’ai trouvé beaucoup de p monde de connaissance, des gens de mon monde; on cause dans la rue quand on se rencontre. Contrairement ai la plupart des pays d’eaux, l'embêtante petite ville ou je suis présentement contient peu de cocottes. Elles attendent pour accourir la venue de l’Empereur; voilà ce qui se dit du moins. Un bour eois fort aimable m’a appris qu’il s’était fondé, depuis l’année derniere, une nouvelle maison de prostitution, et même il a oussé l’obligeance jusqu’a m’en donner l’adresse. K/lais je niv ai pas été; je ne suis plus assez gai ou assez jeune pour adorer la Vénus populaire. Le be- soin d’idéal est une preuve de décadence, on a beau dire I Je m'étonne de ce que vous a conté sur moi ce bon Chennevières; je ne me souviens pas d’avoir été si drôle. A quelle époque allez-vous quitter Rouen? Ou lo erez-vous? A propos de votre dernier voyage ai îjaris, ce n’est pas gentil de ne m'avoir point prévenu. .l’aurais été vous voir. .l’ai gardé un sou- venir exquis de deux entrevues là-bas, l'une a votre hôtel, l’autre chez moi. Vous en souvenez-vous, chère amie? ll me semble qu’il y a eu, ces deux Fois-la, quelque chose de plus intime que les autres. Je serai et Croisset vers le milieu du mois pro- chain. A _ Mes compagnes vous envoient mille choses aimables. Et moi , je vous serre les deux mains et je vous baise sur les deux côtés de votre joli col. A vous. ' Hôtel Britannique. ' V. 7