Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 5.djvu/196

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


190 CORRESPONDANCE J l’envoi, le bulletin, etc. J’ai vu le moment ou on allait exiger cle moi un certificat cle moralité! Étes·vous bien sûre que la personne chargée cle porter la caisse rue d’Amsterclam se soit ac- quittée cle la commission intelligemment? Mais que Votre Altesse ne se préoccupe pas cle tout cela. La semaine prochaine, clés mon arrivée (aprés avoir eu l’honneur et le plaisir cle vous faire une visite), je me transporterai dans les bas foncls clu chemin cle fer, cléciclé à m’_y porter aux dernières violences. Je suis comme vous, trés angoissé relativement a M "° Henriettem. Je vous remercie beaucoup Je la bonne place que vous m’ofi`rez pour Fentenclre. Permettez-moi, Madame et Princesse, cle vous baiser la main et cle vous assurer que je suis votre très respectueux et trés aflectionné G. FLAUBERT· 828. À EDMOND ET JULES DE GONCOURT¢ Mardi [Paris, décembre 1865]. Et bien, est-ce vrai? Votre pièce est retirée ar ordre P Pourquoi? J’imagine que votre préfgce n’est pas étrangère et cela. On aura été blessé, je ne sais cle quoi. Vous avez dit tout ce qu'il y avait ai clire. Je U) Henriette Marëcbal, pièce de MM. DE GONCOURT· Repré- sentée le décembre sur la scène du Théâtre-Français, cette pièce, vioémment attaquée parla presse, fut par orclre retirée cle ’aHiche ala sixième représentation.