Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 5.djvu/290

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


2 84 · CORRESPONDANCE seconde fois la fameuse Suédoise qui pince le violon d’une maniere si distinguée. Feydeau, l'autre jour, devant un «aréopage» de gens de lettres, a encore parlé avec exaltation des critiques que Mm Commanville lui avait faites sur ses livres! J e me suis rengorgé, bien entendu. Comme il m'ennuie de ne pas voir ta bonne fraîche mine que je bécote. Ton vieux oncle en baudruche. go;. À LA MÉME. A [Paris, 15 [rg] mars 1867.] [ ..... J Mon impression sur Galilëem est que : c`est pitoyable! On ne peut passe figurer une œuvre dramatique plus piètre, plus veule, plus ennuyeuse. .Puisque tu tiens a savoir des nouvelles des théâtres, je t’apprendrai aussi que Don Carlos (2) a paru lamentable aux connaisseurs et a forte- ment embêté le public. « J’assisterai samedi prochain à la première V d’Alexandre Dumas fils au Gymnase. Mais, en . fait de spectacle, j'en vois un presque tous les soirs qui me divertit parfois extrêmement : je veux dire les noces qui se passent chez Bonvalet. Dans la grande salle vitrée faisant face à ma fenêtre, j'aperçois des bourgeois et des bourgeoises gam- badant comme des singes. Tous les 'messieurs sont en habits noirs, toutes les demoiselles en U) Drame en vers de Ponsard. W Opéra de Verdi.