Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 5.djvu/327

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


q DE GUSTAVE FLAUBERT. 321 l’étendue du lit qu’elle occupait», et, chose plus fâcheuse, une métaphore rococotte « les limites cle son empire ». l..’empire d'un fleuve? A bas l'Empirel Je tire mon chapeau, comme je vous l’ai dit, a la description de Rouen et à l’enf`ance de Jacque- line. Mais la le dialogue direct n’était pas utile, uisque vous n’êtes pas encore dans votre action. bes paroles de la bonne, qui n’est pas un personnage du livre, devaient être racontées et non dites. Vous n'observez pas les plans. Voici quelques lignes de premier ordre : «l..’or- thodoxie n’est qu'une fiction, etc. », mais cela au- rait dû faire la conclusion de toute la vie religieuse de Jacqueline, en être le jugement; alors on les eût remarquées. On dirait que vous perdez a plaisir ‘ toute votre monnaie. Votre dialogue commence par le vrai mot de la situation : «Tu n’es pas heureuse de ton mariage» , mais combien il ferait plus d’eff`et si c’était le pre- mier dialogue du roman! Les silhouettes de Clé- mence et de son mari sont agréables, on commence a s’y intéresser, et puis on ne les revoit plus, ou presque plus. (Et pourquoi ne les revoit-on plus? Parce que l’auteur a voulu faire une beroïne noble. Mais les trois quarts des femmes ai qui serait arrivée l°histoire de Jacqueline ne se seraient pas tuées; Jacqueline ne s’étant pas tuée, M. de Blavy aurait pu reparaître, et qui sait le reste?) , J'admire profondément tout votre passage sur l’addition; mais vous me permettrez de vous dire , que M““ de Vardon a un sing-lulier goût en fait de toilette. Elle porte une broc e camée et un bra- V· 2]