Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 5.djvu/413

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE GUSTAVE FLAUBERT. 407 des femmes, ô vous qui êtes du troisième sexe? _ Est-ce qu'elles ne sont pas, comme a dit Prou- dhon, « la désolation du juste »? Depuis qbpand ` peuvent-elles se passer de chimères? près l’amour, la dévotion; c’est dans l’ordre. Dorine n’a plus d’ hommes, elle prend le bon Dieu. Voila tout. lls sont rares ceux qui n'ont pas besoin de sur- naturel. l..a philosophie sera toujours le parta e des aristocrates. Vous avez beau engraisser de bétail humain, lui donner `de la litière jus- qu'au ventre et même dorer son écurie, il restera brute, quoi qu’on dise. Tout le progrès qu’on peut espérer, c’est de rendre la brute un peu moins méchante. Mais quant ai hausser les idées de la masse, at lui donner une conception de Dieu plus large et partant moins humaine, j’en doute, j’en doute. Je lis maintenant un honnête homme de livre (Fait par un de mes amis, un magistrat) sur la Ré-- volution dans le département de l’Eure. Cest lein de textes écrits par des bourgeois de lîépoque, de simples particuliers de petite ville, ` Eh bien, je vous assure qu’il y en a peu mainte- nant de cette Force-la! lls étaient lettrés et braves, pleins de bons sens, d'idées et de générosité! Le néo-catholicisme d’une part et le socialisme de l'autre ont abêti la France. Tout se meurt entre l’lmmaculée-Conception et les gamelles ouvrières. Je vous ai dit que je ne Hattais pas les démo- crates dans mon bouquin. Mais je Vous réponds que les conservateurs ne sont pas ménagés. J’écris maintenant trois pages sur les abominations de la