Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 5.djvu/65

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE GUSTAVE FLAUBERT. 59 chapitre iv.) Mâtho rôde comme un fbu autour de Carthage. Fou est le mot juste. l..’amour tel que le concevaient les anciens n’était-il pas une folie, une malédiction, une maladie envoyée par les dieux ? Polybe serait bien étonné, ditesïvous, de voir ainsi son Mâtho. Je ne le crois pas, et M. de Voltaire n’eût point partagé cet étonnement. Rappelez- vous ce qu’il dit de la violence des assions en Afrique, dans Candide (récit de la vieille) : « C’est _ du leu, du vitriol, etc. » A propos de l’aqueduc : Ici on est dans l’im2raz'— semblance jusgtfau cou. Oui, cher maître, vous avez raison et plus même que vous ne croyez; mais pas comme vous le croyez. Je vous dirai plus loin ce que je pense de cet épisode, amené non pour décrire l’aqueduc, lepuel m’a donné beau- coup de mal, mais pour aire entrer dans Car- thage mes deux héros. C’est d’ailleurs le res- souvenir d’une anecdote rapportée dans Polyen (Ruses de guerre), l’histoire de Théodore, l’ami cle Cléon, lors de la prise de Sestos par les gens d’Abydos. On regrette un lexigue. Voila un reproche que je trouve souverainement injuste. .l’aurais pu assom- mer le lecteur avec des mots techniques. Loin de la! i’ai pris soin de traduire tout en francais. .le ' n'ai pas employé un seul mot spécial sans le faire suivre de son explication, immédiatement. .l’en excepte les noms de monnaie, de mesure et de mois que le sens de la phrase indique. Mais quand vous rencontrez dans une page lsreutzer, yard, piastre ou penny, cela vous emcpéche-t—il dela com- prendre ? Qu’auriez—vous it si i’avais appelé Moloch Melels, Hannibal Han-Baal, Carthage